Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La sénilité de Vladimir P. de Michael Honig

Résumé éditeur :

Dans un futur proche, reclus dans une luxueuse datcha de la campagne moscovite, l’octogénaire Vladimir P. délire, s’imaginant encore président. Le vieil homme entretient de longues conversations avec ses ex-complices : les oligarques qui l’ont porté au pouvoir et les anciens du KGB.
Entouré vingt-quatre heures sur vingt-quatre par une kyrielle de domes­tiques tous plus corrompus les uns que les autres, Vladimir pourrait bien finir sur la paille. Seul Nikolaï Ilitch Cheremetiev, son infirmier, ne profite pas de lui. Mais le monde du brave homme s’écroule lorsque son neveu Pavel est jeté en prison pour avoir critiqué le régime. Si sa famille ne paie pas l’énorme caution demandée contre sa libération, le sort du garçon est scellé. Inspiré par l’ancien politicien qui, entre deux crises hallucinatoires, revit ses moments de gloire, Nikolaï se lance dans l’art du chantage et de la magouille.

Mon avis:

Merci à Netgalley et aux editions Presses de la Cité pour leur confiance.

Je dois vous avertir immédiatement , La sénilité de Vladimir P. , est un bijou de sarcasme, d'humour, et de réparties corrosives.

Dans ce roman, Michael Honig nous décrit le quotidien de Vladimir P. , 82 ans , atteint de sénilité , et cantonné dans une datcha à l'abri des regards. A son service, cuisiniers, gouvernante, et gardes du corps veillent sur cet ancien dirigeant puissant. Enfin veillent, c'est beaucoup dire, ils profitent . Entre corruption , vol et profits, c'est à qui tirera son épingle du jeu.

Au milieu de tout cela, Nikolaï , l'infirmier de Vladimir, seule homme honnête présent dans l'entourage du dirigeant se désole. Mais tout peut changer très vite , et parfois le destin vous force à aller contre votre nature.

Tout m'a plu dans ce roman, les personnages d'abord, Nikolaï notamment, victime malgré lui d'une société dominée par la corruption, mais aussi le cuisinier en chef , prêt à tout pour servir sa fameuse fricassée au poulet ! Et bien sur Vladimir P. qui entre deux crises de démence dévoile les dessous de sa gouvernance, toute démocratique !

Le ton et la plume ensuite. Derrière un humour acide, et des répliques désopilantes, l'auteur livre une critique acerbe de la société, en multipliant les scènes loufoques, mais tellement vrai.

Et le thème bien sûr , s'attaquer à un tel dirigeant que l'on croit invincible et le transformer en vieillard malade et dépendant, c'est osé mais le pari est plus que relevé.

Je me suis régalée, je n'ai pas cessé de tourner les pages , j'ai beaucoup ri , bref vous l'avez compris je vous le conseille plus que largement. Un roman qui fera parler de lui sans aucun doute.

Partager cet article

Repost 0