Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résumé: 

Dans les petites communautés, il y en a toujours un par génération qui se fait remarquer par son goût pour le chaos. Pendant des années l’engeance historique de l’île où je suis née, celle que l’on montrait du doigt lorsqu'un truc prenait feu ou disparaissait, ça a été moi, Blanche de Rigny. C’est à mon grand-père que je dois un nom de famille aussi singulier, alors que les gens de chez moi, en allant toujours au plus près pour se marier, s’appellent quasiment tous pareil. Ça aurait dû m’interpeller, mais ça ne l’a pas fait, peut-être parce que notre famille paraissait aussi endémique que notre bruyère ou nos petits moutons noirs… Ça aurait dû pourtant…

Au XIXe siècle, les riches créaient des fortunes et achetaient même des pauvres afin de remplacer leurs fils pour qu’ils ne se fassent pas tuer à la guerre. Aujourd'hui, ils ont des petits-enfants encore plus riches, et, parfois, des descendants inconnus toujours aussi pauvres, mais qui pourraient légitimement hériter ! La famille de Blanche a poussé tel un petit rameau discret au pied d’un arbre généalogique particulièrement laid et invasif qui s’est nourri pendant un siècle et demi de mensonges, d’exploitation et de combines. Qu’arriverait-il si elle en élaguait toutes les branches pourries ?

Mon avis:

Merci à Netgalley et aux éditions Métallié pour cette lecture . 

Richesse oblige est donc le deuxième roman d'Hannelore Cayre, et une fois de plus elle donne la parole aux femmes , dans un récit fort de réalité et d'histoire. 

On fait la connaissance ici de Blanche de Rigny . Derrière ce nom qui fait très "haute société" se cache une mère célibataire, bien singulière. Avec sa carrure particulière, et son handicap physique , elle affronte la vie telle qu'elle est, entre une famille absente et une grande soif de liberté. Mais quand elle décide de découvrir l'origine de sa famille, sa remontée dans le passé, la conduisant en 1870, va révéler des secrets pas forcément avouables. 

Ce qui marque en premier bien sûr ce sont les personnages. Ceux qui seraient qualifiés aux Etats-Unis d'underdogs , forment ici une famille dans laquelle on se verrait bien passer quelques heures. 

Ensuite il y a le talent narratif, qui mêlant passé et présent, à toujours la dénonciation sociale à coeur. Et puis il y a la plume enfin , très puissante et directe qui décrit sans prendre de pincettes. 

Et pour tout cela regroupé on reste et on dévore ! Alors foncez .

Ma note: 16/20

 

Tag(s) : #Hannelore Cayre

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :