Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résumé:

Je m’appelle Hildegard Müller. Ceci est mon journal.

Le Troisième Reich m’a enfantée. Je suis une oubliée de l’histoire.

La seule race que les SS aient créée, c’est la race des orphelins.  

 

Qui est Hildegard Müller ? Le jour où il la rencontre, l’homme engagé pour écrire son histoire apprend qu’elle a 76 ans, qu’elle sait à peine lire, à peine écrire. Qu’elle ne connaît rien de ses parents, ne se souvient plus guère de son enfance. Il comprend que sa vie est irracontable mais vraie. Pourtant, Hildegard Müller est loin d’être amnésique. Elle est simplement coupable d’être née en 1943, de géniteurs inconnus mais bons aryens, dans un Lebensborn, ces pouponnières imaginées par le Troisième Reich pour multiplier la «race supérieure».

Hildegard Müller devait être la gloire de l’humanité elle en est devenue la lie, et toutes les preuves de sa conception sont parties en fumée avant la Libération, sur ordre d’Himmler.

Mon avis:

Merci à Netgalley et aux éditions Belfond pour cette lecture. J'avais été complétement bouleversée par le premier roman d'Oscar Lalo, alors qu'en est-il de ce nouvel opus ? 

On fait la connaissance d'Hildegard Muller. Hildegard fait partie de ces bébés sans identités libérés des lebensborn nazi. Et à travers son journal, elle nous raconte son istoire, celle d'une lutte perpétuelle en quête d'identité. 

Je dois bien avouer que ce roman me laisse un sentiment étrange. 

Tout d'abord , j'ai été enthousiasmée par  le thème finalement peu abordé, mais je n'étais pas surprise , tant Oscar Lalo se fait le porte parole des oubliés , et ce dès son premier roman. Le personnage d'Hildegard est émouvant, et lui donner la parole apporte une certaine émotion. Mais c'est la forme qui m'interroge. Car même si l'idée du journal est plaisante, la répétition incessante des mêmes phrases, et des mêmes expressions, n'a pas atteint son but. En effet j'ai parfois eu l'impression de stagner dans le récit qui se pare d'une lourdeur permanente. Et quel dommage? 

Car la fluidité est là , mais je n'y ai malheureusement pas trouvé mon compte. 

Ma note: 10/20

Tag(s) : #Oscar Lalo

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :