Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Résumé: 

Laurence Graissac grandit aux côtés de son frère, Thierry, qui prend toujours un malin plaisir à la harceler et à l’humilier. Du pavillon sinistre de son enfance à Saint-Flour, elle garde des blessures à vif, comme les signes d’une existence balayée par le destin. Mais Laurence a bien l’intention de devenir la femme qu’elle ne s’est jamais autorisée à être, quel qu’en soit le prix à payer. Le jour où le discret docteur Bashert, en proie à une addiction au jeu, croise sa route, la donne pourrait enfin changer…

Mon avis: 

Cinq cartes brûlées représente le retour aux affaires de Sophie Loubière après avoir terminé mais peut être provisoirement, les aventures de Desmond Blur .  

Et des les premières lignes le ton est donné. Ce polar très sombre n'est pas construit comme les autres. Alternant entre passé et présent des deux héros de l'histoire, il se lit comme une main de poker, chaque carte livrant sa vérité. 

On découvre donc d'un côté Laurence, femme au caractère bien trempé qui nous compte son histoire familiale chaotique. Face à elle le docteur, qui a une vie rêvé , mais qui au fond s'ennuie profondément. Et ces deux êtres brisés vont voir leurs routes se croiser, pour le meilleur ou pour le pire , à vous de le découvrir. 

La plume de Sophie Loubière est toujours aussi captivante. Elle s'attaque toujours à la noirceur de l'âme et l'état pur, et plonge ses lecteurs dans les tréfonds de l'âme. Mettant au premier plan la psychologie des personnages, ils deviennent malgré eux , les héros que l'on attendait pas. Ces personnages sont d'ailleurs intéressant, et arrivent à déclencher toute sortes de sentiments chez le lecteur, c'est tout simplement brillant!

Mais une chose est sûre, je vous invite à tout déposer à l'entrée du casino, pour découvrir cartes à la main, ces destins uniques si brillamment écrits.  

Ma note: 19/20

Tag(s) : #Sophie Loubiére
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :